Details
Study title
Back to the City?
Ref study 8652
Study language French
Contributing institutions
Authors
Keywords
  • Demographie
  • Développement durable
  • Dynamique urbaine
  • Retour en ville
  • Etalement urbain
  • Gentrification
  • Mobilité résidentielle
  • Densification
Disciplines
Period
1975/80-1995/2000 (recensements fédéraux de la population), 1981-2007 (état annuel de la population), 2001-2007 (propre enquête par questionnaire)
Geographical space
25 villes suisses, nouveaux logements en ville de Neuchâtel et dans le quartier de Zurich West
Country
  • Switzerland
Abstract
Sustainable development and the model of the compact city increasingly influence land planning policies. In this context, an inward development and an urban regeneration are suggested by many official planning documents. The advantages of limiting urban sprawl and promoting inward development are well developed in academic literature as well as in official documents. But some political and sociological questions remain unanswered. Which social categories are more likely to go back to the city? Will this movement of return to the city change its social structure? Will it create new inequalities?
Studies, mostly in Anglo-American countries, have shown that the movement of return to the city is in many cases accompanied by a gentrification process. In other words, social categories concerned by this movement are rather middle to high classes. Our purpose is to determine if a movement of return to the city occurs in Switzerland, which social categories are concerned and if a process of gentrification is going on. Case studies will focus on the motivations and the residential trajectories of these new inhabitants and determine to what extent the regeneration policies adopted by local authorities take into account this important social dimension of the process.
Results
Assiste-t-on à une reprise démographique dans les villes suisses après 30 ans de déclin ? Si oui, quels sont les profils, les trajectoires et les motivations de ceux qui s’installent en ville ? Quel est le rôle du marché immobilier et des politiques publiques dans ce processus ? Telles sont les questions auxquelles cette recherche répond en focalisant sur l’attractivité résidentielle des villes-centres. Celle-ci est au cœur des débats actuels portant sur le développement territorial. En effet, le modèle de la ville compacte est fréquemment préconisé sous le mot d’ordre "reconstruire la ville en ville" afin de favoriser une urbanisation plus compatible avec les critères de développement durable.
La plupart des 25 villes les plus importantes du pays ont commencé à perdre des habitants dans les années 1970. Leur population a régressé d’un dixième en trois décennies, alors que les communes de leurs couronnes ont enregistré des croissances marquées (étalement urbain). Toutefois, si le niveau de peuplement des centres a diminué, le nombre de ménages - et donc de logements - y a augmenté et le marché immobilier se trouve en situation de pénurie. Cette apparente contradiction s’explique par la réduction de la taille moyenne des ménages et par la consommation croissante d’espace habitable.
Le degré d’attractivité des villes diverge selon les catégories de la population. L’analyse des recensements de la population couvrant les périodes 1975/1980 et 1995/2000 montre que les familles et les personnes âgées présentent des soldes migratoires négatifs à l’inverse des migrants internationaux, des petits ménages et des jeunes adultes. Pour ces derniers, la période de vie pendant laquelle la ville est attractive tend à s’allonger.
Les classes moyennes à supérieures quittent davantage les villes que les ouvriers ou les employés, ce qui semble montrer de prime abord l’absence de gentrification à cette échelle avant 2000. On remarque toutefois d’importantes différences entre les villes: dans les années 1990, les arrivées des classes moyennes à supérieures sont devenues plus nombreuses que les départs à Zoug, Zurich, Thoune, Winterthour et Coire, la situation s’est rapprochée de l’équilibre dans une dizaine de centres, alors que le déficit migratoire s’est creusé dans la plupart des villes plus petites.
Depuis 2000, on constate une reprise démographique dans la quasi-totalité des villes étudiées, grâce en premier lieu aux migrations internationales. Un regain d’activité du marché immobilier est également à l’origine de cette nouvelle phase de croissance. Des enquêtes menées à Neuchâtel et dans le quartier de Zurich West permettent d’appréhender les différentes facettes de ces opérations de régénération urbaine.
Les habitants des logements construits depuis 2001 dans ces deux études de cas ont un statut socio-économique nettement supérieur à la moyenne (new-build gentrification). Le profil le plus fréquent est une personne âgée de 30 à 45 ans, de formation universitaire, vivant seule ou en couple sans enfant (ou en famille à Neuchâtel), qui habitait déjà dans la commune et qui y travaille. Il s’agit donc davantage d’un phénomène de maintien en ville que de retour en ville au sens strict. Trois facteurs principaux motivent le choix résidentiel de ces ménages : le confort du logement, le côté pratique de la vie en ville (proximité des lieux de la vie quotidienne) et la valorisation du mode de vie urbain (animation, diversité). Les personnes étudiées recherchent la proximité mais sont aussi potentiellement très mobiles (comme le montre une minorité non négligeable de pendulaires interurbains). Elles recourent tant à la mobilité douce qu’aux transports en commun. La voiture n’est de loin pas absente, mais son rôle est réduit par rapport à d’autres localisations résidentielles.
Le regain d’activité du marché immobilier est lié de son côté à cinq facteurs : le jeu de l’offre et de la demande de logements, la conjoncture économique, la financiarisation de l’immobilier, le rôle des pouvoirs publics et la revalorisation symbolique de certains secteurs urbains. Les promoteurs privés déterminent les caractéristiques des logements réalisés et justifient la production de logements de standing moyen à supérieur par les coûts élevés du foncier en milieu urbain et de la construction neuve.
Les collectivités locales endossent trois rôles afin de favoriser la construction de logements. Elles sont régulatrices en édictant des documents urbanistiques permettant l’émergence de projets. Elles sont médiatrices (dans le cas de Zurich surtout) en mettant en place des processus intégrant les différents acteurs concernés. Elles sont finalement interventionnistes par leur politique immobilière et foncière. En ce qui concerne la new-build gentrification, leur attitude est ambivalente : elles sont intéressées à accueillir des contribuables aisés, mais tentent aussi de pallier les carences du marché en facilitant la construction de logements bon marché par des organismes à but non lucratif.
De façon générale, on observe donc un regain d’attractivité résidentielle des villes depuis une dizaine d’années en Suisse. Ce phénomène n’exclut pas la poursuite de l’étalement urbain mais lui est complémentaire. Les résultats montrent la faisabilité et la désirabilité d’une ville plus compacte mais également le fait que les opérations de régénération urbaine tendent à s’adresser aux classes moyennes à supérieures. Durabilité environnementale et durabilité sociale ne vont donc pas naturellement de pair dans les transformations récentes des villes helvétiques.
Methods (description)
- analyse des données du recensement de la population (fichiers individuels et bordereaux de maison)
- entretiens
- questionnaires
- analyse de documents urbanistiques
Démarche méthodologique: Analyse de documents ouverte, Interviews qualitatives, Entretiens standardisés par correspondance, Analyse secondaire de données individuelles, Analyse secondaire de données agrégées
Methods (instruments)
Publications
  • Rérat, Patrick ; Söderström, Ola; Besson, Roger; Piguet, Etienne. 2008. Une gentrification émergente et diversifiée: le cas des villes suisses. In: Espaces et sociétés, n132-133, p. 39-56. Online: 10.3917/esp.132.0039
  • Rérat, Patrick ; Piguet, Etienne; Besson, Roger; Söderström, Ola. 2008. Les âges de la ville. Mobilité résidentielle, parcours de vie et attractivité des villes suisses. In: Geographica Helvetica, 63(4), pp. 261-271. Online: 10.5169/seals-98949
  • Rérat, Patrick . 2008. Reconstruire la ville en ville: tendances et enjeux. In: Géo-Regards: revue neuchâteloise de géographie, n1, p. 5-24.
  • Rérat, Patrick . 2008. Reconstruire la ville en ville: tendances et enjeux. Géo-Regards: revue neuchâteloise de géographie, n1, 128 p.
  • Rérat, Patrick ; Besson, Roger; Piguet, Etienne; Söderström, Ola. Les villes comme espace d'habitat: évolution démographique et attractivité résidentielle des centres urbains helvétiques. In: Kaufmann, Vincent; Pattaroni, Luca; Rabinovich, Adriana, "Habitat en devenir". PPUR. A paraître.
Unpublished documents
  • Rérat, Patrick ; Piguet, Etienne; Söderström, Ola; Besson, Roger. 2008. "Back to the City?" Etude de l'évolution démographique et de l'attractivité résidentielle des villes suisses. Neuchâtel: Institut de géographie, Université de Neuchâtel, rapport final, 459 p.
Financed by
Study type
Data availability
Source (Updates) Web
Date created 26.03.2018
Date modified 26.03.2018
Start - End date 01.10.2005 - 28.08.2008